CHASA CHALAVAINA> "Page 3 " > P1> P2> P3> P4> P5> P6> P7> P8>
 

Maun dar e matin tor—
Donne d'une main, prends de l'autre.
(Proverbe du Val Müstair qui se réfere au commerce.
Si le vendeur peut donner les marchandises d'une main et, en même temps, prendre
l'argent de l'autre, il n'y aura ni dette ni méfiance.)


La toile grise.


On ne sait pas exactement quand la Chasa Chalavaina a été construite. Il est certain qu'en 1499 le bâtiment avait environ 200 ans; Christophe Simonett, dans son livre «Die Bauernhäuser des Kantons Graubünden» (Fermes du Canton des Grisons) date sa construction du 13e siècle, à cause des ouvertures prévues pour la lumière dans les murs de fondation. Dans le bar (cafeteria), qui était autrefois le court, ou grande cour, on peut voir aujourd'hui deux de ces ouvertures qui, maintenant murées, forment des niches dans les murs. Le court est donc une des plus vieilles parties de la Chasa Chalavaina. Il a environ 700 ans.


La fonction de la Chasa Chalavaina est restée la même par delà les siècles. Le bâtiment a été construit pour être un sust, ou auberge, comme le confirme la taille des communs, également bâtis au 13e siècle sur son côté ouest. Là, les cochers et les muletiers abritaient leurs mules et leurs chevaux après leurs durs voyages à travers les Alpes.


Peu après l'achèvement de la partie centrale du bâtiment, deux pièces longues et étroites donnant sur la place du village ont été construites à côté du court. Ces deux pièces étaient très importantes pour les habitants du Val Müstair, car, derrière leur fenêtres en plein cintre, se tenait le marché à la toile. C'était ici que les femmes échangeaient la «toile grise» qu'elles avaient tissée contre du sel et des articles d'épicerie. Les recettes du marché permettaient aux familles paysannes du Val Müstair d'améliorer leur maigres revenus — une partie des terrains ne produisait rien.

Le «Bündner Loden», autre nom donné à la toile grise, était célèbre pour sa qualité et très apprécié par les marchands. La plus grande partie de ces étoffes partaient pour la Lombardie où elles étaient revendues.

La boutique de gauche fait maintenant partie du bar, et celle de droite est utilisée comme office.

L'entrée principale du bâtiment est se trouve la terrasse, mais les escaliers qui y mon-tent n'ont pas toujours conduit au-dessus de la boutique de droite comme ils le font aujourd'hui; il y a longtemps, avant que les communs soient construits — ils ont maintenant été convertis en nouvelle aile de l'hôtel — ces escaliers s'élevaient contre le mur sud de l'auberge.

 

 
 

Page 4